In order to bring you the best possible user experience, this site uses Javascript. If you are seeing this message, it is likely that the Javascript option in your browser is disabled. For optimal viewing of this site, please ensure that Javascript is enabled for your browser.
Belè, Bélé ou musique ryhtmée par un tambour en Martinique

Le Bélé

Musique Bélé, danse bélé, Martinique

Intimement lié à l’abolition de l’esclavage, le Bèlè ou Bélé est une musique rythmée par le tambour, à l’origine un tonneau de rhum recouvert d’une peau tendue, autant qu’une danse, voir un mode de vie puisqu’il existe un Bélé de travail et un Bélé de divertissement.

Le Bélé de la Martinique

Origine du Bélé

Né dans les campagnes, le Bélé, terme issu de « bel air », est un mélange de chant, de tambour, de Ti bwa (2 baguettes donnant le rythme sur un bout de bambou), et même de conte. Il s’agit donc d’une pratique culturelle très complète, qui trouve ses racines dans les années 1850/1860, juste après l’abolition de l’escalavage. Ceux qu’on appelle alors « les Nouveaux Libres » s’organisent en sociétés paysannes et travaillent en communauté, cherchant à substituer au travail servil une nouvelle forme de société. Solidarité, partage et résistance culturelle sont les valeurs fortes du Bélé, qui perdurent encore de nos jours.

Musique et danse Bélé

D’un point de vu musical, le rythme dialogue avec les danseurs en permanence pour développer des chorégraphies de groupe inédites. Mais le Bélé présente aussi des traits musicaux issus de différentes cultures, issues de l’Afrique, de la « mannyè viv » des indiens caraïbes, du quadrille et de danses venue d’Europe. Symboliquement, la forme en quadrille désignant le carré de terre qu’acquièrent les Nouveaux Libres pour une réelle liberté.

Traditionnellement, le joueur de tambour donne le rythme, et le chanteur répond au chœur. L’auditoire peut aussi participer, et les danseurs assurent le spectacle.

Le « Bélè » voit ses lettres de noblesse avec Eugène Mona et « Ti Emile » (Emile Casérus), mais aussi Dédé Saint Prix, mais aussi Ti Raoul (Raoul Grivalliers).

A lire aussi :

Créole et littérature martiniquaise

L’histoire martiniquaise, des colonies à l’Union Européenne

Autour de la cuisine créole

Suivez-nous!
samedi 3 décembre 2016
Le service weather.com® ne fournit actuellement aucune information géographique sur le lieu FRXX7763.
Veuillez vérifier le nom du lieu ou la disponibilité du service.